fbpx

Notre savoir-faire

Des gestes de savoir-faire verriers séculaires transmis de génération en génération

Les gestes des métiers d’art verriers viennent officiellement d’être inscrits en 2019 à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel français! Cette une magnifique reconnaissance de ce que nos métiers d’art ont de plus précieux, la maîtrise du geste. 

Ceux-ci, se sont transmis dans le cercle privé de la famille Arribas dans la continuité du souci de la parfaite transmission. Cette prise de conscience vient graver un peu plus dans notre patrimoine les savoir-faire d’exception.

Souffleur à la canne, doreur, verrier décorateur, polisseur, tous ont été officiellement reconnus comme des artisans d’art.  

Héritiers d’un savoir-faire ancestral depuis plus de 200 ans, nous sommes en permanence à la recherche des meilleurs talents pour la création de nos produits, la taille du cristal et du verre afin de vous garantir la qualité de nos réalisations.

A ce titre, la Manufacture Arribas maitrise un panel des différentes techniques de travail du verre.

Le soufflage de verre au chalumeau

Nos verriers au chalumeau dessinent et réalisent des objets de décoration et de souvenir en verre filé ou soufflé. Ils utilisent des cannes de verre de plus de 150 cm de long et de différents diamètres, pour la réalisation de l’objet qu’ils souhaitent créer. Ils se servent d’un chalumeau pour chauffer le verre afin de le ramollir et de le façonner. D’un souffle léger il donne la forme désirée. Le verre travaillé par le verrier au chalumeau est le « borosilicate » qui possède une résistance aux chocs thermiques.

La taille du verre

La taille du verre est faite par abrasion de la matière avec différents types de meules diamants. La brillance de la taille est obtenue par une opération de polissage à l’aide de roues de liège et de ponce puis polissage à l’oxyde de cérium avec des roues en feutre.

Le travail du Tiffany

Alors que L’Europe travaille davantage le vitrail au plomb, la famille Arribas sous l’impulsion de leur arrivée aux Etats-Unis à souhaité au fils des année maitriser la technique du Tiffany.

Les étapes sont similaires à la technique traditionnelle du travail du vitrail : une maquette, un carton, le choix du verre, la coupe, la peinture et le meulage. Le sertissage ne nécessite pas de plomb mais un ruban adhésif en cuivre, avec lequel on entoure chaque pièce du travail. Cela confère une plus grande légèreté au produit réalisé.

La peinture sur verre

La peinture sur verre est une des étapes majeures dans la décoration d’un produit en verre et plus particulièrement dans la confection d’un vitrail. La peinture transmet la personnalité́ d’une création. Sa maîtrise et les subtilités des gestes demandent là également beaucoup de temps et de patience.

Technique de la machine à jet de sable et décoration du verre

Le sablage est un procédé de dépolissage et de gravure obtenu par projection d’un jet de sable puissant sur un objet verrier. Les grains de sable en créant des petites cavités permettent d’obtenir un effet dépoli ou satiné, d’écrire et de dessiner des motifs sur le verre.

Un pochoir est découpé manuellement suivant le motif désiré. Les parties du verre qui ne seront pas sablées se nomment « réserves». Pour un travail à l’unité, on utilise un papier autocollant suffisamment résistant (film adhésif).

La décoration par sablage permet de traiter une large palette de matériaux tels que le verre, le cristal, le marbre, le cuivre, le bois, les bijoux, la céramique. Les effets esthétiques produits par le sablage sont multiples.

Le soufflage de verre à la canne

C’est l’art de la démonstration.

Le souffleur cueille une paraison (masse de verre) dans un four à pot à l’aide de sa canne métallique.
Il régularise ensuite la masse au marbre. A l’aide de son souffle, il fait naître une bulle due à la dilatation de l’air au contact du verre chaud. Ensuite il a recours à la technique du souffle continu pour atteindre le volume souhaité.

A ce jour, cette technique est pratiquée dans nos ateliers en Amérique mais pas encore à la Manufacture Arribas. C’est donc là un enjeu majeur pour nous que de mettre en place un atelier similaire. Nous travaillons en ce moment, en étroite collaboration avec nos confrères vénitiens…